Université Paris 1 : des portails pour la science ouverte et la recherche

L’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne a mis en ligne deux portails à destination des chercheurs : l’un dédié à la science ouverte, l’autre à la recherche.

Ces sites sont des outils de travail pour la communauté des chercheurs de l’université. Le portail recherche propose une présentation de la politique scientifique, des projets transversaux, des structures de recherche, des thèses (doctorat, HDR) ainsi que de valorisation et de diffusion. Le site consacré à la science ouverte sensibilise aux enjeux de la publication en accès ouvert et propose un accompagnement.

Science ouverte et droit à Poitiers : une conférence à suivre en ligne ce 17 mars

Du 06 au 17 mars, le service commun de documentation et la DRInnov de l’Université de Poitiers organisent une série de conférences, formations et ateliers autour de l’open access et de la science ouverte.

Dans ce cadre, une conférence sur la science ouverte et le droit se tiendra le 17 mars, de 14h à 17h :

  • Introduction par Damien SALLES, professeur d’Histoire du Droit, Vice-Président Recherche Édition et Publications à l’Université de Poitiers.
  • Intervention de Jean GASNAULT, documentaliste indépendant – La Loi des Ours.

Il est possible de suivre cette conférence à distance, sans inscription, à partir du lien de connexion suivant : https://univ-poitiers.webex.com/univ-poitiers/j.php?MTID=m86e3e142d7415f7534aefb74aa104b3e

Clio@Themis, revue juridique en accès ouvert

Entretien avec Xavier Prévost, professeur d’histoire du droit à l’université de Bordeaux et rédacteur en chef de la revue Clio@Themis.

Pourriez-vous nous présenter brièvement la revue Clio@Themis

Fondée en 2009 à l’initiative de plusieurs chercheurs au Centre National de la Recherche Scientifique, associant des enseignants-chercheurs des universités, Clio@Themis cherche à contribuer au développement des débats et des échanges scientifiques dans le domaine de l’histoire du droit.

Sa création en France s’appuie sur l’élargissement et l’enrichissement des perspectives traditionnelles de l’histoire du droit. L’histoire du droit s’est en effet ouverte à toutes les périodes, de l’Antiquité à nos jours. L’élargissement des perspectives est aussi spatial : l’histoire du droit est pensée dans une dimension européenne, comparatiste et réactive aux phénomènes de mondialisation du droit.

Loin de s’enfermer dans une étude complaisante du passé, la revue se veut ainsi un instrument critique de compréhension du présent. Elle entend ne pas disjoindre les phénomènes juridiques des phénomènes sociaux. Aux interrogations sur les facteurs socio-économiques de production ou de réception du droit s’ajoutent donc des réflexions sur la culture juridique, la formation ou la circulation des notions et des concepts, représentations ou pratiques juridiques. Histoire, droit, société : ces trois notions expriment, sans aucune contrainte doctrinale, la pratique de la méthode historique, l’objet juridique et l’ouverture aux sciences sociales de la revue. 

Qu’est-ce qui vous a incité à répondre à la proposition de rejoindre la pépinière de revue Prairial, avec l’accompagnement de la BIU Cujas ?

Alors que Clio@Themis fut la première revue française d’histoire du droit à comité de lecture nativement numérique, l’évolution rapide de l’édition en ligne conduisait son modèle à ne pas profiter des avancées récentes en faveur de la science ouverte.

“Première revue française d’histoire du droit à comité de lecture nativement numérique”

Les comités de la revue réfléchissaient donc à la meilleure façon de s’inscrire pleinement dans l’open science et c’est à ce moment-là que l’opportunité de rejoindre la pépinière de revue Prairial avec l’accompagnement de la BIU Cujas s’est présentée. Elle correspondait complément à la volonté de la revue de rejoindre à terme OpenEdition Journals, pour lequel un dossier de candidature était en cours de montage.

Quels sont les points positifs de ce projet ? Quel bilan tireriez-vous de ce projet ?

Ce projet a pleinement rempli son objectif, puisqu’en moins d’un an la revue a complètement migré sur la plateforme Prairial (avec la conversion de l’intégralité des anciens numéros). Cela a permis à Clio@Themis de rejoindre OpenEdition Journal très rapidement, puisque le numéro 22 vient de paraître sur cette plateforme et que l’intégralité des anciens numéros y sera également disponible. La pépinière Prairial et la BIU Cujas ont donc permis à Clio@Themis de se conformer aux standards les plus élevés de la science ouverte en bénéficiant d’un très fort accompagnement. La revue a ainsi acquis une plus grande qualité éditoriale et une meilleure visibilité.

Quelles recommandations feriez-vous aux revues qui hésiteraient à passer en open-acces et/ou à rejoindre la pépinière de revues Prairial ? 

En tant que rédacteur en chef de Clio@Themis, il m’est difficile de faire des recommandations générales, car les revues du champ juridique ne correspondent pas toutes au modèle de Clio@Themis. 

“Pour la diffusion de la science auprès d’un large public, sans pour autant renoncer à une grande qualité éditoriale”

Toutefois, je ne peux que souligner l’intérêt d’une telle démarche pour la diffusion de la science auprès d’un large public, sans pour autant renoncer à une grande qualité éditoriale. Cela reste, de mon point de vue, la mission première d’une revue scientifique et montre tout l’intérêt de passer en open-acces et, pour cela, de se faire accompagner par des professionnels de l’édition en ligne.

2e édition du prix Open Thèse : félicitations aux lauréats !

Depuis 2019, le prix Open Thèse vise à ancrer la pratique de dépôt en open access des thèses juridiques. Ce prix a également pour objet de valoriser la recherche juridique française. La cérémonie de clôture de la deuxième édition du prix s’est tenue le 23 juin 2021.

Cette année, le jury s’est agrandi et diversifié. Les candidats de la première édition devaient, pour participer, déposer leur thèse juridique dans une archive ouverte. Cette nouvelle édition a connu une évolution : les candidats s’engagent à maintenir l’accès libre à leur thèse, quel que soit le résultat et au-delà de la durée du prix.

Les lauréats sont :

Bravo à eux !

Cette année, 26 candidatures ont été reçues, 23 ont été jugées recevables. 3 candidats ont mis leur thèse en open access pour participer au prix. Les universités de Paris 1 et de Bordeaux sont les plus représentées dans l’origine des candidatures. La qualité des thèses a donné lieu à des échanges nourris au sein du jury lors de la délibération.

Lever les freins dans l’accès aux thèses

C’est un constat connu, l’accès aux thèses pourrait être plus fluide. Une part importante de ces travaux universitaires ne sont pas disponibles au format numérique.

C’est depuis l’arrêté du 25 mai 2016, article 24, que l’auteur doit fournir une version numérique. L’arrêté du 7 août 2006 lui laissait le choix du format. Rappelons que l’article 25 de l’arrêté du 25 mai 2016 dispose que : « Sauf si la thèse présente un caractère de confidentialité avéré, sa diffusion est assurée dans l’établissement de soutenance et au sein de l’ensemble de la communauté universitaire. La diffusion en ligne de la thèse au-delà de ce périmètre est subordonnée à l’autorisation de son auteur, sous réserve de l’absence de clause de confidentialité. »

En faisant un calcul à partir des données du site theses.fr, on constate que 35% des thèses juridiques soutenues en 2019 sont accessibles librement en ligne. Pour celles soutenues en 2020, on monte à 38%, les chiffres étant probablement encore à consolider.

Certaines thèses ne sont consultables que sous la forme d’une microfiche[1], mode d’accès peu optimal. D’autres ne sont pas éligibles au PEB (prêt entre bibliothèques), ce qui nécessite un déplacement du chercheur sur le site détenteur. Les délais du PEB sont plus ou moins longs. Le contexte de fermeture ou réduction des services des bibliothèques, lié au Covid, n’a pas facilité les choses.

En plus d’apporter de la visibilité à l’auteur, la mise en accès libre de la thèse met un terme à ces rigidités d’accès pour le bonheur du plus grand nombre. Le numérique offre tous les bienfaits de la granularité de la recherche plein texte. L’accès aux notes de bas de page, à la bibliographie, aux références de législation et de jurisprudence met à disposition de précieux rebonds.

Souhaitons que ce prix Open Thèse, qui constitue un tremplin pour les docteurs et vient renforcer la dynamique de la science ouverte dans le domaine juridique, s’inscrive dans la durée pour faire du libre accès aux thèses une évidence.

Lien vers la cérémonie de clôture : https://www.youtube.com/watch?v=LY-DV48HyGk


[1] « Signalement dans le Sudoc des microfiches de thèses produites par l’ANRT », sur PUNKTOKOMO [en ligne], publié le 2 décembre 2020, [consulté le 3 décembre 2020].

Open Access : 3246 dépôts supplémentaires en droit pour l’année 2020 !

Toutes disciplines confondues, le baromètre de la Science ouverte nous a révélé que 56% des publications françaises de 2019 mesurées en 2020 sont en accès ouvert. Malgré les disparités disciplinaires, la progression est générale.[1]

Les statistiques de l’archive ouverte HAL SHS nous apprennent que le droit est classé en belle position s’agissant des dépôts en SHS pour l’année 2020. En effet, les sciences juridiques se situent à la 4eme  place avec 3246 dépôts. Afin de rendre le droit et sa compréhension toujours plus accessibles, souhaitons un cru encore meilleur pour l’année 2021.

L’« archive ouverte en sciences juridiques » proposée par Eliane Daphy permet de se faire une idée des documents du domaine présents dans HAL.

Les fiches du Jurisguide « Où trouver de la doctrine en libre accès ? », Science ouverte et droit, ainsi que le thread Twitter, ci-dessous, du fonds de dotation Open Law, qui porte le prix Open thèse, témoignent de l’ampleur que prend progressivement l’Open Access de la doctrine juridique.

[1] « Baromètre français de la Science Ouverte 2020 », sur Ministère de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation [en ligne], [consulté le 28 janvier 2021]. //www.enseignementsup-recherche.gouv.fr/cid156502/barometre-francais-de-la-science-ouverte-2020.html

Une thèse en Open Access au sujet de la transformation numérique du monde du droit

Jean Fourastié, dans son célèbre ouvrage : « Les trente glorieuses »[1], montre comment la société française s’est « tertiarisée » au cours de la deuxième moitié du XXe siècle. Des gains de productivité élevés dans le secteur primaire, l’agriculture, et dans le secteur secondaire, l’industrie, y ont contribué. L’analyste des transformations induites par la croissance française de la période 1945-1975, prend l’exemple du coiffeur pour expliquer la difficulté à générer des gains de productivité plus élevés dans le domaine des services, expliquant la hausse inévitable du poids relatif du secteur.

Les NTIC (nouvelles technologies de l’information et de la communication), la révolution numérique, l’intelligence artificielle, les algorithmes, le Machine learning, l’ouverture et la réutilisation des données, l’apparition de données massives, laissent penser que le secteur tertiaire est à l’aube d’une transformation profonde.

Depuis les années 1980, le numérique est entré dans ce domaine régalien qu’est le droit. Le XXIe siècle voit fleurir des Legaltechs, définies par le rapport Cadiet comme des : « Entreprises exploitant les technologies de l’information dans le domaine du droit afin de proposer des services juridiques innovants. »[2]

Les Start ups de la Legaltech proposent des services B to B (Business to Business) et B to C (Business to Client) aux professionnels du droit et aux justiciables.

Ce jeune écosystème interroge : Quelle soutenabilité du modèle économique des nouveaux acteurs ? Comment déceler le discours marketing de l’innovation ? Services low cost ou véritable démocratisation des services juridiques sans perte de qualité pour le justiciable ? Quelles relations entre les Legaltechs et les acteurs historiques : complémentarité, opposition ou substitution ? Peut-on sortir de l’effet boîte noire des algorithmes ? Est-ce l’avènement d’une justice robotisée ? Quid de la protection des données personnelles ? Le possible est-il toujours souhaitable ?

La thèse de Bertrand Cassar : « La transformation numérique du monde du droit », accessible en Open Access[3], propose un état de l’art de cette évolution numérique du monde du droit, qui suscite espoir économique, inquiétude des acteurs historiques et fascination médiatique. L’auteur distingue 6 catégories pour définir les activités du monde du droit : « l’élaboration, la diffusion, l’application, l’exercice, l’exécution et l’enseignement.[4] », à chacune de ces catégories étant rattachées des professions. Selon lui, cette transformation numérique du droit aurait trois caractéristiques : l’automatisation, la dématérialisation et l’interopérabilité.[5] La thèse est ponctuée par une liste de 12 recommandations afin « de renforcer et consolider la transformation numérique du monde du droit »[6].


Détail intéressant, on notera la présence d’identifiants ELI (European Legislation Identifier) et ECLI (European Case Law Identifier) dans les références bibliographiques de législation et de jurisprudence : une bonne pratique pour faciliter l’accessibilité et la recherche de sources juridiques officielles en Europe[7]. Soulignons aussi la présence du NOR (système normalisé de numérotation) pour la législation française et du DOI (Digital Object identifier) pour les articles qui en possèdent.


[1] FOURASTIÉ Jean et COHEN Daniel Préfacier, Les Trente Glorieuses: ou La révolution invisible de 1946 à 1975, Paris, France, Pluriel, 2011, 288 p.

[2] CADIET Loic, « Remise du rapport sur “l’open data” des décisions de Justice », sur Justice.gouv.fr [en ligne], [consulté le 8 février 2021]. http://www.justice.gouv.fr/publications-10047/rapports-thematiques-10049/remise-du-rapport-sur-lopen-data-des-decisions-de-justice-31165.html

[3] CASSAR Bertrand, La transformation numérique du monde du droit [en ligne], Theses, Université de Strasbourg, 2020, [consulté le 8 février 2021]. https://tel.archives-ouvertes.fr/tel-03121576

[4] Ibid. p. 447.

[5] « La transformation numérique du monde du droit – IP/IT et Communication | Dalloz Actualité », [consulté le 8 février 2021]. https://www.dalloz-actualite.fr/node/transformation-numerique-du-monde-du-droit#.YCDyQnnjJQE

[6] Ibid.

[7] « Identifiant européen de la jurisprudence », Wikipédia, 2020, [consulté le 8 février 2021]. https://fr.wikipedia.org/w/index.php?title=Identifiant_europ%C3%A9en_de_la_jurisprudence&oldid=173487202

Publication de la revue d’histoire du droit Clio@Themis sur le site Prairial

Le 8 décembre, le dernier numéro de la revue d’histoire du droit Clio@Themis a été publié sur Prairial, la plateforme de revues en accès ouvert des BU de l’université Lyon 3 Jean Moulin.

Ce 19e numéro de la revue, fondée en 2009 par des chercheurs du CNRS, associés avec des enseignants-chercheurs des universités a pour thème la Vérité Judiciaire. Cette mise en ligne est le fruit d’une collaboration fructueuse entre Les BU de Lyon 3 pour Prairial, l’équipe de rédaction de la revue Clio@Themis et la bibliothèque Interuniversitaire Cujas qui a contribué à l’accompagnement éditorial de cette mise en ligne.

La suite de ce projet pour 2021 est la publication rétrospective des anciens numéros de la revue sur Prairial.

La BIU Cujas et l’équipe Prairial de l’Université Lyon 3 souhaitent poursuivre leur partenariat et sont ouverts à l’accompagnement de revues juridiques dans leurs démarches de publication en open access.

Nous vous souhaitons d’excellentes fêtes de fin d’année.

La diffusion des thèses électroniques en France

Le 16 juillet 2020, le service des thèses de l’ABES (agence bibliographique de l’enseignement supérieur) a publié un bilan statistique de la diffusion des thèses électroniques en France1.

Le rapport donne des informations par discipline sur le mode de diffusion des thèses (accès libre ou accès restreint) et sur les restrictions temporelles appliquées à leur diffusion (embargo, confidentialité).

L’agence envisage de publier ce rapport annuellement.

Rappels règlementaires

Le rapport commence avec un rappel de la règlementation. La thèse relève de l’œuvre de l’esprit, du document administratif et de l’archive publique et deux arrêtés régissent la diffusion des thèses au format électronique :

A minima, la thèse doit être disponible en accès restreint et le docteur ne peut s’y opposer :

  • pour les thèses soutenues entre 2006 et 2016 au sein de son établissement de soutenance
  • pour les thèses soutenues à partir de septembre 2016 : au sein de la communauté universitaire

L’auteur de la thèse peut s’opposer temporairement à sa diffusion en accès libre en la soumettant à un embargo. La thèse est alors consultable en accès restreint pendant la période d’embargo, puis en accès libre.

Les thèses dites confidentielles ne sont consultables par personne, en raison de la décision de l’établissement de soutenance de la qualifier comme telle. Aucun texte spécifique ne définit les motifs de confidentialité, ni la période. Ils sont soumis, comme les autres archives publiques et documents administratifs, aux articles du Code du patrimoine (L213-1 à L213-8) et du Code des relations entre le public et l’administration (L311-1 à L311-8). Les périodes d’embargo et de confidentialité sont nécessairement limitées dans le temps.

Périmètre

Le bilan, qui se veut quantitatif et non analytique, couvre les thèses soutenues entre le 1er septembre 2006 et le 31 décembre 2019, soit 102 456 documents. L’ABES précise cependant que ce périmètre n’est pas exhaustif car le traitement de certaines thèses soutenues n’a pas été finalisé. En outre, le dépôt électronique entre le 1er septembre 2006 et le 31 août 2016 n’étant pas obligatoire, toutes les thèses de la période n’ont pas fait l’objet d’un dépôt électronique officiel.

Qu’en est-il des thèses juridiques ?

La marge de progression reste importante pour la diffusion en accès libre des thèses juridiques. 61% de ces thèses sont diffusées en accès restreint. Les thèses de droit représentent la part la plus importante des thèses diffusées en accès restreint (18,2%) au sein des lettres, sciences humaines et sociales (LSHS). En comparaison avec les autres disciplines, les sciences juridiques ont une durée médiane d’embargo (1825 jours) et de confidentialité (730 jours) plus longue. 91% des thèses juridiques n’ont pas de restrictions temporelles. On ne remarque pas d’écart conséquent entre le droit et les autres domaines s’agissant du choix de diffuser avec ou sans restrictions temporelles.

ABES. « La diffusion des thèses de doctorat électroniques françaises – Bilan statistique 2020 », 2020, p. 14.
ABES. « La diffusion des thèses de doctorat électroniques françaises – Bilan statistique 2020 », 2020, p. 15.
ABES. « La diffusion des thèses de doctorat électroniques françaises – Bilan statistique 2020 », 2020, p. 23.
ABES. « La diffusion des thèses de doctorat électroniques françaises – Bilan statistique 2020 », 2020, p. 24.
ABES. « La diffusion des thèses de doctorat électroniques françaises – Bilan statistique 2020 », 2020, p. 25.
ABES. « La diffusion des thèses de doctorat électroniques françaises – Bilan statistique 2020 », 2020, p. 26.
ABES. « La diffusion des thèses de doctorat électroniques françaises – Bilan statistique 2020 », 2020, p. 28.
ABES. « La diffusion des thèses de doctorat électroniques françaises – Bilan statistique 2020 », 2020, p. 29.

  1. FIL’ABES. « La diffusion des thèses électroniques en France : bilan statistique 2020 », 16 juillet 2020. https://fil.abes.fr/2020/07/16/la-diffusion-des-theses-electroniques-en-france-bilan-statistique-2020/. []

Prix Open thèse 2020, top départ !

Lancé le 15 mai 2019 à la bibliothèque Cujas1, le prix Open thèse, récompensant les meilleures thèses de droit en accès libre, a entamé sa deuxième édition le 11 juin 2020, de manière virtuelle, covid oblige, à la BU Dauphine.

2019 : un début fécond

L’association Open Law, à travers son fond de dotation, est à l’origine du prix. Open thèse a pour objectif de « promouvoir et valoriser les travaux de recherche des docteurs en droit qui mettaient leurs thèses en accès libre dans une archive ouverte, pratique qui reste trop rare dans les écoles doctorales françaises lorsqu’il s’agit de travaux d’ordre juridique. »2

En 2019, 36 candidatures ont été validées sur les 46 reçues. Le jury a dû être renforcé en cours de route en raison d’un nombre important de candidatures à examiner. Les thèses devaient avoir été déposées en texte intégral et référencées dans une archive ouverte.

Les lauréats des prix de l’édition 2019, décernés lors du village de la legaltech, ont mis à l’honneur le droit privé, le droit constitutionnel et l’Histoire du droit :

L’édition 2020

A l’instar de la première édition, le jury est composé de membres issus du monde universitaire, promoteurs du mouvement de la science ouverte, professeurs, maîtres de conférence ou documentalistes juridiques universitaires. A souligner : au sein du jury, du personnel issu de SCD (service commun de la documentation) veille à la qualité du référencement dans une archive ouverte et à la qualité du référencement interne à la thèse.

Parmi les mécènes, on compte des entreprises du domaine de l’édition juridique, le barreau de Paris et des cabinets d’avocats.

Le jury 2020 s’est étoffé. Il accueille davantage de membres et plus de disciplines et de régions sont représentées.

Composition du jury du prix Open Thèse 2020

Les candidats ont jusqu’au 30 septembre 2020 pour déposer leur dossier de candidature. Peuvent concourir les thèses soutenues entre le 1er janvier 2018 et le 1er janvier 2020.

Consulter le règlement et déposer sa candidature

La vidéo du lancement de l’édition 2020 du prix est consultable sur la chaine Youtube d’Open Law.

  1. Jamet, Louise. « Open Law lance « Open Thèse », prix de thèse en accès libre », 20 mai 2020. https://www.lemondedudroit.fr/institutions/64241-open-law-lance-open-these-prix-these-acces-libre.html. []
  2. Open Law. « Prix Open Thèse ». https://openlaw.fr/travaux/projets-interet-general/prix-open-these. []

[Enquête] Les pratiques de publication et d’accès ouvert : quid des juristes ?

Retour sur l’enquête réalisée par le consortium Couperin sur les pratiques de publication et d’accès ouvert des chercheurs français.

Dans le cadre du plan national pour la science ouverte, entre février et avril 2019, le consortium Couperin, a sondé les chercheurs des établissements français de l’enseignement supérieur sur leurs pratiques de publication et d’accès ouvert.

Le questionnaire se composait de 4 parties, 42 questions fermées et 8 zones de commentaires libres. Il s’agissait, entre autres, de savoir si les répondants publiaient dans des revues scientifiques en accès ouvert et s’ils déposaient leurs travaux scientifiques dans des archives ouvertes, par exemple leurs pre-prints.

Dans cette étude, les juristes sont classés avec les chercheurs en économie, en sciences politiques et en gestion, dans le secteur « droit, économie, politique et gestion » (DEPG). L’enquête met en exergue des verbatims de chercheurs. Nous soulignerons ici uniquement les observations formulées par les juristes.

Sur les 11 658 répondants, soit environ 10% de la communauté des chercheurs de l’ESR français, 341 sont rattachés au secteur droit et science politique. Si le secteur DEPG ne représente que 7% des répondants (823 personnes), les réponses donnent un éclairage sur les pratiques des juristes.

Publication dans des revues académiques

La diffusion éditoriale des travaux des chercheurs y est essentiellement abordée sous l’angle des revues. Or, publier des ouvrages, des actes de congrès, des compte rendus de conférences, fait largement partie de la pratique des chercheurs en sciences humaines. Ces derniers auraient sans doute apprécié que le questionnaire n’aborde pas uniquement la question des articles et des revues, comme le remarque un juriste : « Il me semble que votre questionnaire concerne davantage les sciences dures que le droit – les pratiques sont généralement différentes.»

Les juristes publient majoritairement en langue française et participent de manière importante à des comités de rédaction et de lecture. C’est en DEPG que le niveau de rémunération sur l’activité de peerreviewing est le plus élevé. Celle-ci n’est néanmoins pas systématique en droit comme le souligne un juriste :« Les éditeurs majeurs en droit ne pratiquent pas le peer-reviewing. »

Concernant le modèle actuel d’édition scientifique dans les revues académiques, toutes disciplines confondues, les chercheurs émettent de façon majoritaire des critiques sur le rapport qualité / prix du service, au sujet des délais de publication et de la valeur ajoutée apportée par les maisons d’édition. Cependant, ils louent la qualité des plateformes d’accès.

Les répondants du secteur DEPG pensent majoritairement que les abonnements, la cession exclusive des droits auteurs, la lenteur du processus de publication et les coûts excessifs constituent des limites au système d’édition scientifique actuel.

Cependant, si, pour des raisons financières ou politiques, les négociations risquaient de ne pas aboutir avec un éditeur majeur, entraînant une coupure des accès, moins d’un répondant sur deux en DEPG serait prêt à accepter la coupure ou à ne plus publier dans ces revues. En revanche, ils seraient plus de 50% à accepter de se retirer du comité éditorial et ne plus pratiquer de peer-reviewing.

Pratique de l’accès ouvert dans des revues

51% des chercheurs en DEPG  ayant répondu à l’enquête déclarent avoir déjà publié dans une revue en accès ouvert. En parallèle, il est précisé que les auteurs d’articles scientifiques en DEPG paient très rarement des frais de mise en page et d’illustration et des APC (article processing charges).

Très peu de différences disciplinaires sont constatées parmi les motivations pour publier en accès ouvert. Donner un accès immédiat aux pairs ainsi qu’au grand public et augmenter la visibilité de sa recherche constituent les deux critères les plus importants.

Les revues juridiques en Open Access sont méconnues de certains juristes, comme l’illustre ce commentaire d’un chercheur en droit qui considère qu’il s’agit de « revues non lues par la communauté scientifique ». Les répondants en DEPG sont plus nombreux que dans les autres disciplines à avoir une appréhension au sujet de la qualité de ces revues et de leur prise en considération dans l’évaluation.

L’expérience des archives ouvertes

66% des répondants qui se situent en DEPG déclarent avoir déposé des travaux dans HAL ou une autre archive ouverte.

L’utilisation des réseaux sociaux académiques est indiquée comme une pratique alternative aux archives ouvertes, comme l’illustre ce témoignage d’un juriste : « Le maintien à jour de toutes les pages perso et des réseaux sociaux, les rapports trimestriels aux UMR, etc. sont des activités chronophages. Je fais des choix, je priorise ResearchGate. »

La pratique du dépôt de pre-prints est peu répandu en DEPG, économie mise à part. Certains chercheurs en droit soulignent néanmoins qu’y recourir peut présenter un intérêt :

  • « Distribuer quelques travaux dont je ne veux pas faire l’effort de peer review»
  • « Distribuer des travaux partiellement faits que je sais je n’aurai pas du temps à développer bientôt — mieux le publier que le laisser pourrir dans mon ordinateur. »
  • « Certaines analyses peuvent être diffusées sans avoir nécessairement la forme ni la prétention à être un article (ce qui n’est pas tout à fait du Preprint ceci dit). »

La crainte du plagiat ou de difficultés de publications ultérieures sont des aspects importants pour le non dépôt de pre-prints en DEPG. Ceux-ci sont ainsi peu consultés, voire discutés au sein de ces mêmes disciplines.

Des pratiques connexes à la publication scientifique

Pour valoriser ses publications, la page web du laboratoire et le réseau social ResearchGate sont fréquemment utilisés en DEPG.

Un chercheur en sciences juridiques juge que le dépôt dans HAL n’est pas suffisant pour accroître la visibilité d’une publication, estimant que « sans diffusion massive, le dépôt sur HAL ou ailleurs est sans effet. C’est à la diffusion qu’il faut travailler en synergie (labos, institutions, médias, etc.) sans s’arrêter au dépôt. »

Les résultats de l’enquête offrent une photographie intéressante de la perception et des pratiques des chercheurs vis-à-vis de l’Open Access. Cette étude, avec le baromètre de la science ouverte, est un outil supplémentaire pour appréhender la place de l’accès ouvert dans la communication scientifique. Les chercheurs sont conscients des enjeux et des apports de l’accès ouvert par rapport au modèle dominant actuel, mais souhaitent une évolution en douceur, qui ne bouscule pas trop le paysage éditorial de leurs disciplines.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search