L’indexation, une piste pour améliorer la visibilité de ses publications

L’indexation est une méthode d’analyse d’un document permettant d’en indiquer les contenus dans sa notice bibliographique. Il s’agit pour les bibliothécaires d’en identifier les thèmes principaux pour en refléter le sens. Ainsi, un usager pourra rechercher un document d’après son contenu dans le catalogue de la bibliothèque1.

L’indexation doit suivre des critères de pertinence, d’objectivité (ne pas déformer la pensée de l’auteur) et de cohérence dans le temps. Trois types d’indexation existent :

  • la folksonomie consiste à attribuer des mots-clés (tags) à partir du langage naturel (notices du Doctrinal) ;
  • l’indexation systématique provenant d’une classification existante (à la bibliothèque Cujas la classification de Bordeaux organise par discipline les ouvrages de la salle de lecture) ;
  • l’indexation analytique basée sur un vocabulaire contrôlé (listes d’autorités Rameau à la BnF ou via un thésaurus)

La manière dont un article est indexé a une conséquence directe sur sa visibilité numérique puisque les résultats affichés découlent de la recherche par mots-clés. Les intérêts d’avoir une meilleure visibilité numérique sont variés : diffuser ses travaux, être cité par d’autres chercheurs, développer son réseau, clarifier son affiliation à ses travaux, etc.

Pour indexer des articles dans les bases de données, notamment le Doctrinal, les bibliothécaires s’appuient sur différents éléments pour déterminer les mots-clés. Par souci de temps et d’efficacité, sont examinés le plan de l’article (titres et sous titres) mais aussi l’introduction et la conclusion. Ces parties significatives recoupent les thèmes principaux et permettent de survoler le reste du développement. L’enjeu est de retranscrire par des mots-clés la pensée de l’auteur en se basant sur ses écrits. Plus l’expression de ces parties sera claire, meilleure sera l’indexation et par conséquent la visibilité numérique dans les catalogues ou les bases de données.

L’indexation apparaît indispensable mais quel rôle le chercheur peut-il jouer dans cette démarche ? Selon Rébecca Demoule2, « penser en termes d’indexation ou de visibilité lors de l’écriture peut nuire à la qualité du travail [en ajoutant un biais] ». Charlotte Collard3 confirme que « la question de la visibilité numérique n’a pas eu d’impact direct sur le contenu des articles ». Au contraire, elle ajoute que l’édition des articles repose sur des considérations de clarté et de qualité « sans considérer que leur complexité ou leur longueur puisse être un obstacle à leur visibilité numérique ».

La priorité des auteurs et des éditeurs va à l’intelligibilité de l’article (clarté, qualité, compréhension par le public). La visibilité numérique n’est appréhendée qu’a posteriori de la rédaction dans une optique de valorisation et de communication. Ce travail est principalement accompli par des bibliothécaires non spécialistes en doctrine juridique qui indexent et valorisent les publications des chercheurs via différents canaux (catalogues des bibliothèques, le Doctrinal, réseaux sociaux, etc.) Les mots-clés proposés par les auteurs, à l’issue de la rédaction et au moment de l’édition de leur travail de recherche, se révèlent ainsi très précieux.

Pour finir, voici quelques pistes pour optimiser la visibilité de ses articles issues de nos échanges avec les doctorantes :

  • Intégrer un résumé en français et en anglais, dans le corps du texte et sur le site web de la revue (avant même d’ouvrir le PDF de l’article) afin d’améliorer le référencement sur les moteurs de recherche
  • Sélectionner des mots-clés ou hashtag importants pour la thématique traitée qui faciliteront l’indexation par les bibliothécaires (et donc la recherche par sujet) tout en respectant le propos de l’auteur
  • Partager la publication via son compte professionnel sur des réseaux sociaux (LinkedIn, Twitter, ResearchGate, Academia, etc.)
  • Actualiser sa page personnelle sur le site de son université (avec un lien hypertexte vers l’article), ces pages institutionnelles font généralement partie des premiers résultats sur les moteurs de recherche
  • Choisir de le rendre accessible en le déposant sur HAL

La rédaction de JurIST remercie Charlotte Collard (ancienne rédactrice en chef de la Revue juridique des étudiants de la Sorbonne) et Rébecca Demoule (auteure pour la Revue juridique de la Sorbonne) pour leur participation à cet article.


  1. Comprendre la différence entre cotation et indexation, fiche pratique de l’Enssib, mise à jour le 22 novembre 2016 []
  2. Doctorante en droit privé à l’Université Paris 1 – Panthéon-Sorbonne, co-coordinatrice du dossier thématique « Droit et émotion », Revue juridique de la Sorbonne, 2021, n° 3 et 4 []
  3. Doctorante en droit international public à l’Université Paris 1 – Panthéon-Sorbonne, rédactrice en chef de la Revue juridique des étudiants de la Sorbonne (mars 2021 – janvier 2022 []

Pourquoi les chercheurs en droit devraient se doter d’un identifiant ORCID


Divers types d’identifiants coexistent (IdHAL, ResearcherID, IdRef, etc.) dont l’utilité est d’améliorer la visiblité du chercheur quelle que soit sa discipline. ORCID est un organisme international à but non lucratif qui gère un registre d’identifiants de chercheurs. ORCID iD est un identifiant pérenne unique à 16 chiffres, son obtention et son usage sont gratuits.

L’identifiant ORCID permet au chercheur de « consolider son identité numérique et favoriser la diffusion de ses travaux »1), en :

  • le distinguant de ses homonymes et en garantissant que ses activités de recherche et ses publications lui sont correctement attribuées.
  • améliorant sa visibilité et celle de ses travaux dans la masse des données du web. Les publications sont mieux repérables par les moteurs de recherche et les bases de données telles que les outils bibliométriques et les index de citation.
  • facilitant les démarches d’appel à projet, de bourse, de candidature, etc. grâce à son interopérabilité.

Pour les chercheurs en droit, se doter d’un identifiant ORCID présente plusieurs intérêts :

  • Soumettre un article

De nombreux éditeurs scientifiques utilisent l’ORCID iD pour retrouver un chercheur dans leurs systèmes d’information (revues, bases de données, entrepôts de données). Cet identifiant est indispensable chez certains éditeurs de grandes revues juridiques (Springer, Cambridge University Press, Taylor & Francis, etc.) via leur système de soumission en ligne d’articles. L’ORCID iD est alors relié à l’article soumis et, sur autorisation de l’auteur, est affiché en clair dans l’article publié.

  • Augmenter sa visibilité à l’échelle internationale

Les rubriques du compte ORCID sont similaires à celles d’un CV : cursus d’enseignement (Education), institutions d’affiliation (Employment), projets financés (Funding), publications (Works) et sites internet (Websites).

Fort d’un réseau international (environ 10 millions de chercheurs dans le monde et plus de 1 200 établissements), ORCID bénéficie d’une reconnaissance par les communautés scientifiques et les services documentaires. Un juriste français pourra ainsi améliorer le référencement de ses travaux grâce à cette porte d’entrée unique vers son CV et ses productions. Il pourra également être retrouvé plus facilement par d’autres chercheurs via les réseaux sociaux (Research Gate, Academia)

  • Faire reconnaitre ses travaux

L’identifiant ORCID reste identique même en cas de changement d’institution. En apposant son numéro sur chaque activité scientifique (soumission et publication d’articles, partage de données, peer reviewing, etc.), le chercheur garantit que son travail est reconnu. En utilisant un identifiant qui le suit tout au long de sa carrière, un juriste se prémunit contre le plagiat et assure que son droit d’auteur est respecté.

  • Favoriser la science ouverte

Le 2e Plan national pour la Science Ouverte encourage les chercheurs à expérimenter un « profil d’ouverture » (openness profile) sur ORCID. Le droit est une matière vivante, pourvoyeuse de doctrine, mais la publication des articles et des thèses reste rare en dehors des éditeurs payants. Une tendance à l’ouverture du droit est néanmoins observable, comme l’illustrent le succès des deux premières sessions du Prix Open Thèse ainsi que le nombre croissant de thèses en droit déposées sur HAL2. Déposer en libre accès permet de contribuer à l’évolution du droit et favorise une science ouverte et participative.

Comment l’obtenir ?

Tout chercheur peut s’inscrire sur le portail international. Sur son compte, l’utilisateur saisit et alimente les rubriques composant son identité3. Il garde le contrôle sur ses données en définissant le type d’autorisation d’accès :  visible pour tous (vert), visible pour les tiers de confiance (jaune), visible uniquement pour soi (rouge)

Les universités peuvent adhérer au consortium ORCID France. Elles désignent ensuite un correspondant qui contribue au pilotage d’une politique de l’établissement en matière d’identifiants. L’adhésion permet de disposer d’une gamme d’outils et de services basés sur les données et l’API ORCID. Via l’API, le chercheur pourra déléguer l’alimentation de son compte à son établissement.

Comment lier ORCID à son compte HAL ?

L’adhésion de HAL à ORCID a permis de développer une interconnexion entre les comptes de manière à enrichir le profil du chercheur. Il est ainsi possible d’exporter ses travaux scientifiques à partir de HAL vers ORCID4. L’objectif est de renforcer la représentation de la recherche française au sein d’ORCID.

Chaque base de données (Scopus, Web of Sciences, HAL, etc.) délivre son propre identifiant pérenne, il est heureusement possible pour le chercheur de les lier facilement entre eux pour gagner du temps. L’import ou l’export des références issues d’ORCID évite ainsi les doubles saisies.


Pour en savoir plus :

  1. 2ème Plan National pour la Science Ouverte (2021-2024 []
  2. Open Access : 3246 dépôts supplémentaires en droit pour l’année 2020 ! []
  3. https://orcid-france.fr/les-ressources/tutoriel-creer-son-orcid/ []
  4. https://orcid-france.fr/les-ressources/tutoriel-creer-son-orcid/ []

Explorer et valoriser la recherche : ScanR

Le ministère de l’enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation a mis en place une application d’exploration du paysage français de la recherche, refondue en janvier 2020. Dénommé ScanR, la particularité du moteur est de privilégier des sources ouvertes et réutilisables.

Les requêtes peuvent porter sur quatre objets principaux : des entités, des projets, des auteurs et des productions.

Le périmètre de l’outil est le suivant :

  • les thèses présentes dans theses.fr et soutenues depuis 1990,
  • les publications depuis 2013 dont au moins un auteur a une affiliation française (en utilisant les données du Baromètre de la Science Ouverte pour les publications avec un DOI et HAL pour les autres)
  • les monographies extraites du SUDOC, publiées depuis 2013 et ayant un éditeur scientifique ou universitaire.

ScanR ne produit pas de données mais puise dans une multitude de sources qu’il nettoie, croise et concentre pour en faciliter l’accès. La qualité des résultats du moteur est fonction de la qualité des données moissonnées. Une FAQ permet d’en savoir plus sur le contenu précis de l’application.

ScanR est bien un outil d’exploration et non d’évaluation. Outre de valoriser la recherche scientifique et sa dissémination dans l’ensemble de la société pour nourrir le « débat public », un tel outil a notamment pour ambition de permettre des repérages facilitant les collaborations entre chercheurs d’une même discipline ou entre plusieurs disciplines.

Entités

Les structures de recherche concernées sont celles qui sont référencées dans le Répertoire national des structures de recherche (RNSR) ainsi que leur tutelle. Sont également couvertes un maximum d’institutions publiques ou privées, avec ou sans but lucratif, mentionnées dans les principales sources mobilisées.

Lors de la consultation d’une entité, l’utilisateur peut naviguer dans différentes sections : portrait, appartenance et réseaux, équipe, projets, productions, certifications et prix, évaluations, écosystème et entités similaires.

Auteurs

Seuls les auteurs ayant un identifiant-auteur IdRef auquel ScanR a pu associer, avec un bon niveau de certitude, au moins une production, disposent d’un profil-auteur dans ScanR. Pour un auteur s’afficheront : son portrait, ses productions, ses collaborations et des personnes similaires.

Productions

Le moteur indexe des titres et des résumés (si disponibles) des publications. Les sections de navigation présentes lors de la consultation d’une publication sont les suivantes : publication, type d’accès, personnes liées, affiliations et productions similaires.

Projets

Concernant un projet, bénéficiant de crédits publics, il sera possible de naviguer dans les sections suivantes : informations, financement, programme, description, productions, participants et projets similaires.

Amélioration continue

La montée en puissance des dépôts en Open Access, la sensibilisation aux identifiants de chercheurs (IdHal, IdRef, ORCID) et de publications (DOI), devraient permettre de rendre l’outil toujours plus pertinent. Dans une logique d’amélioration continue, l’équipe de ScanR invite les utilisateurs à les contacter si des données sont omises, imprécises, erronées ou doublonnées.

Références

ACQUIER Françoise, « Vérifier, relier et enrichir ses identifiants-chercheur : ScanR et ORCID », sur Lab & doc [en ligne], [consulté le 13 octobre 2020]. https://labedoc.hypotheses.org/7886

« Le nouveau scanR 2020 est lancé », sur Ministère de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation [en ligne], [consulté le 13 octobre 2020]. //www.enseignementsup-recherche.gouv.fr/cid148541/le-nouveau-scanr-2020-est-lance.html

« Nouvelle version de scanR », [consulté le 13 octobre 2020]. https://www.ouvrirlascience.fr/nouvelle-version-de-scanr

Quelle visibilité numérique pour les chercheurs en droit ?

Améliorer la visibilité en ligne des publications et autres activités scientifiques constitue une priorité pour les différents acteurs de la recherche. Cet objectif passe nécessairement par une réflexion sur la présence en ligne des chercheurs. Qu’en est-il de l’identité numérique des universitaires juristes français ? La recherche en sciences juridiques est-elle visible en ligne ?

Relayant de l’information scientifique et technique autour des enjeux de science ouverte, d’identité et de visibilité numériques des chercheurs en droit, c’est tout naturellement que JurIST tentera, au fil des publications, d’approfondir cette réflexion et de répondre aux questions auxquelles les chercheurs en droit sont confrontés dans leur quête de visibilité. Le présent article envisage d’aborder les différents enjeux posés par la question de la visibilité des chercheurs en droit, avant qu’ils ne puissent être traités plus en détails dans de futurs billets.

L’identité numérique telle que nous l’entendons ici recouvre une réalité plurielle et fragmentée constituée d’éléments disséminés en ligne par le chercheur ou par des tiers – de manière consciente ou inconsciente, active ou passive – au sujet de sa carrière, de ses activités scientifiques ou encore de ses publications. Il apparaît ainsi crucial de maîtriser cette identité pour tenter de répondre aux enjeux qu’implique l’éclatement des données. Il s’agit par exemple d’être visible pour être identifié comme auteur, d’unifier son identité numérique pour garantir la paternité de ses travaux ou encore de valoriser ses activités pour être mieux reconnu par la communauté scientifique et ainsi améliorer son impact et son employabilité.

Publications invisibles ?

Malgré ces enjeux, la visibilité numérique demeure une question encore peu explorée par la communauté des chercheurs français en droit. Dans le domaine des sciences juridiques, les auteurs souffrent d’un net manque de visibilité, à l’échelle internationale et dans les moteurs de recherche.

Les difficultés à rendre la recherche en droit visible en ligne sont tout d’abord liées à la langue de publication. Majoritairement rédigés en langue française, les travaux des universitaires juristes peinent à être diffusés par-delà les frontières, la portée de la recherche française en sciences juridiques se réduisant ainsi aux zones francophones. Dans son enquête intitulée Les pratiques de publications et d’accès ouvert des chercheurs français en 2019, le consortium Couperin souligne précisément cette tendance. 81% des chercheurs en droit, économie, politique et gestion membres d’une équipe éditoriale le sont pour une revue en langue française.

Par ailleurs, le plus souvent publiés dans des revues et ouvrages papier, les travaux publiés dans les principales grandes maisons d’édition font l’objet d’une mise en ligne sur les plateformes où les éditeurs les diffusent de manière exclusive. L’accès à ces portails documentaires étant généralement soumis à un abonnement, les publications des chercheurs en droit sont mal référencées dans les moteurs de recherche, leur portée demeurant ainsi cantonnée à ces espaces payants. Des initiatives commencent néanmoins à voir le jour pour mieux valoriser l’identité numérique des chercheurs en droit. A ce titre, l’annuaire des enseignants-chercheurs hébergé sur univ-droit.fr constitue un exemple d’initiative pour uniformiser les identifiants numériques des chercheurs en droit. 

Améliorer sa présence en ligne

Au fil des publications, JurIST cherchera à vous apporter des clés pour reprendre le contrôle de votre identité numérique de jeune chercheur, pour vous accompagner vers la construction d’une stratégie de présence en ligne adaptée à vos projets scientifiques et professionnels et plus largement, pour accroître la visibilité de vos travaux.

Puisqu’il convient logiquement de débuter par un état des lieux, nous vous proposons d’initier ici votre quête de la visibilité numérique en réalisant le Visibility Check de l’université d’Utrecht, questionnaire mis à la disposition des chercheurs pour évaluer leur présence en ligne.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search