Université Paris 1 : des portails pour la science ouverte et la recherche

L’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne a mis en ligne deux portails à destination des chercheurs : l’un dédié à la science ouverte, l’autre à la recherche.

Ces sites sont des outils de travail pour la communauté des chercheurs de l’université. Le portail recherche propose une présentation de la politique scientifique, des projets transversaux, des structures de recherche, des thèses (doctorat, HDR) ainsi que de valorisation et de diffusion. Le site consacré à la science ouverte sensibilise aux enjeux de la publication en accès ouvert et propose un accompagnement.

L’indexation, une piste pour améliorer la visibilité de ses publications

L’indexation est une méthode d’analyse d’un document permettant d’en indiquer les contenus dans sa notice bibliographique. Il s’agit pour les bibliothécaires d’en identifier les thèmes principaux pour en refléter le sens. Ainsi, un usager pourra rechercher un document d’après son contenu dans le catalogue de la bibliothèque1.

L’indexation doit suivre des critères de pertinence, d’objectivité (ne pas déformer la pensée de l’auteur) et de cohérence dans le temps. Trois types d’indexation existent :

  • la folksonomie consiste à attribuer des mots-clés (tags) à partir du langage naturel (notices du Doctrinal) ;
  • l’indexation systématique provenant d’une classification existante (à la bibliothèque Cujas la classification de Bordeaux organise par discipline les ouvrages de la salle de lecture) ;
  • l’indexation analytique basée sur un vocabulaire contrôlé (listes d’autorités Rameau à la BnF ou via un thésaurus)

La manière dont un article est indexé a une conséquence directe sur sa visibilité numérique puisque les résultats affichés découlent de la recherche par mots-clés. Les intérêts d’avoir une meilleure visibilité numérique sont variés : diffuser ses travaux, être cité par d’autres chercheurs, développer son réseau, clarifier son affiliation à ses travaux, etc.

Pour indexer des articles dans les bases de données, notamment le Doctrinal, les bibliothécaires s’appuient sur différents éléments pour déterminer les mots-clés. Par souci de temps et d’efficacité, sont examinés le plan de l’article (titres et sous titres) mais aussi l’introduction et la conclusion. Ces parties significatives recoupent les thèmes principaux et permettent de survoler le reste du développement. L’enjeu est de retranscrire par des mots-clés la pensée de l’auteur en se basant sur ses écrits. Plus l’expression de ces parties sera claire, meilleure sera l’indexation et par conséquent la visibilité numérique dans les catalogues ou les bases de données.

L’indexation apparaît indispensable mais quel rôle le chercheur peut-il jouer dans cette démarche ? Selon Rébecca Demoule2, « penser en termes d’indexation ou de visibilité lors de l’écriture peut nuire à la qualité du travail [en ajoutant un biais] ». Charlotte Collard3 confirme que « la question de la visibilité numérique n’a pas eu d’impact direct sur le contenu des articles ». Au contraire, elle ajoute que l’édition des articles repose sur des considérations de clarté et de qualité « sans considérer que leur complexité ou leur longueur puisse être un obstacle à leur visibilité numérique ».

La priorité des auteurs et des éditeurs va à l’intelligibilité de l’article (clarté, qualité, compréhension par le public). La visibilité numérique n’est appréhendée qu’a posteriori de la rédaction dans une optique de valorisation et de communication. Ce travail est principalement accompli par des bibliothécaires non spécialistes en doctrine juridique qui indexent et valorisent les publications des chercheurs via différents canaux (catalogues des bibliothèques, le Doctrinal, réseaux sociaux, etc.) Les mots-clés proposés par les auteurs, à l’issue de la rédaction et au moment de l’édition de leur travail de recherche, se révèlent ainsi très précieux.

Pour finir, voici quelques pistes pour optimiser la visibilité de ses articles issues de nos échanges avec les doctorantes :

  • Intégrer un résumé en français et en anglais, dans le corps du texte et sur le site web de la revue (avant même d’ouvrir le PDF de l’article) afin d’améliorer le référencement sur les moteurs de recherche
  • Sélectionner des mots-clés ou hashtag importants pour la thématique traitée qui faciliteront l’indexation par les bibliothécaires (et donc la recherche par sujet) tout en respectant le propos de l’auteur
  • Partager la publication via son compte professionnel sur des réseaux sociaux (LinkedIn, Twitter, ResearchGate, Academia, etc.)
  • Actualiser sa page personnelle sur le site de son université (avec un lien hypertexte vers l’article), ces pages institutionnelles font généralement partie des premiers résultats sur les moteurs de recherche
  • Choisir de le rendre accessible en le déposant sur HAL

La rédaction de JurIST remercie Charlotte Collard (ancienne rédactrice en chef de la Revue juridique des étudiants de la Sorbonne) et Rébecca Demoule (auteure pour la Revue juridique de la Sorbonne) pour leur participation à cet article.


  1. Comprendre la différence entre cotation et indexation, fiche pratique de l’Enssib, mise à jour le 22 novembre 2016 []
  2. Doctorante en droit privé à l’Université Paris 1 – Panthéon-Sorbonne, co-coordinatrice du dossier thématique « Droit et émotion », Revue juridique de la Sorbonne, 2021, n° 3 et 4 []
  3. Doctorante en droit international public à l’Université Paris 1 – Panthéon-Sorbonne, rédactrice en chef de la Revue juridique des étudiants de la Sorbonne (mars 2021 – janvier 2022 []

Pourquoi les chercheurs en droit devraient se doter d’un identifiant ORCID


Divers types d’identifiants coexistent (IdHAL, ResearcherID, IdRef, etc.) dont l’utilité est d’améliorer la visiblité du chercheur quelle que soit sa discipline. ORCID est un organisme international à but non lucratif qui gère un registre d’identifiants de chercheurs. ORCID iD est un identifiant pérenne unique à 16 chiffres, son obtention et son usage sont gratuits.

L’identifiant ORCID permet au chercheur de « consolider son identité numérique et favoriser la diffusion de ses travaux »1), en :

  • le distinguant de ses homonymes et en garantissant que ses activités de recherche et ses publications lui sont correctement attribuées.
  • améliorant sa visibilité et celle de ses travaux dans la masse des données du web. Les publications sont mieux repérables par les moteurs de recherche et les bases de données telles que les outils bibliométriques et les index de citation.
  • facilitant les démarches d’appel à projet, de bourse, de candidature, etc. grâce à son interopérabilité.

Pour les chercheurs en droit, se doter d’un identifiant ORCID présente plusieurs intérêts :

  • Soumettre un article

De nombreux éditeurs scientifiques utilisent l’ORCID iD pour retrouver un chercheur dans leurs systèmes d’information (revues, bases de données, entrepôts de données). Cet identifiant est indispensable chez certains éditeurs de grandes revues juridiques (Springer, Cambridge University Press, Taylor & Francis, etc.) via leur système de soumission en ligne d’articles. L’ORCID iD est alors relié à l’article soumis et, sur autorisation de l’auteur, est affiché en clair dans l’article publié.

  • Augmenter sa visibilité à l’échelle internationale

Les rubriques du compte ORCID sont similaires à celles d’un CV : cursus d’enseignement (Education), institutions d’affiliation (Employment), projets financés (Funding), publications (Works) et sites internet (Websites).

Fort d’un réseau international (environ 10 millions de chercheurs dans le monde et plus de 1 200 établissements), ORCID bénéficie d’une reconnaissance par les communautés scientifiques et les services documentaires. Un juriste français pourra ainsi améliorer le référencement de ses travaux grâce à cette porte d’entrée unique vers son CV et ses productions. Il pourra également être retrouvé plus facilement par d’autres chercheurs via les réseaux sociaux (Research Gate, Academia)

  • Faire reconnaitre ses travaux

L’identifiant ORCID reste identique même en cas de changement d’institution. En apposant son numéro sur chaque activité scientifique (soumission et publication d’articles, partage de données, peer reviewing, etc.), le chercheur garantit que son travail est reconnu. En utilisant un identifiant qui le suit tout au long de sa carrière, un juriste se prémunit contre le plagiat et assure que son droit d’auteur est respecté.

  • Favoriser la science ouverte

Le 2e Plan national pour la Science Ouverte encourage les chercheurs à expérimenter un « profil d’ouverture » (openness profile) sur ORCID. Le droit est une matière vivante, pourvoyeuse de doctrine, mais la publication des articles et des thèses reste rare en dehors des éditeurs payants. Une tendance à l’ouverture du droit est néanmoins observable, comme l’illustrent le succès des deux premières sessions du Prix Open Thèse ainsi que le nombre croissant de thèses en droit déposées sur HAL2. Déposer en libre accès permet de contribuer à l’évolution du droit et favorise une science ouverte et participative.

Comment l’obtenir ?

Tout chercheur peut s’inscrire sur le portail international. Sur son compte, l’utilisateur saisit et alimente les rubriques composant son identité3. Il garde le contrôle sur ses données en définissant le type d’autorisation d’accès :  visible pour tous (vert), visible pour les tiers de confiance (jaune), visible uniquement pour soi (rouge)

Les universités peuvent adhérer au consortium ORCID France. Elles désignent ensuite un correspondant qui contribue au pilotage d’une politique de l’établissement en matière d’identifiants. L’adhésion permet de disposer d’une gamme d’outils et de services basés sur les données et l’API ORCID. Via l’API, le chercheur pourra déléguer l’alimentation de son compte à son établissement.

Comment lier ORCID à son compte HAL ?

L’adhésion de HAL à ORCID a permis de développer une interconnexion entre les comptes de manière à enrichir le profil du chercheur. Il est ainsi possible d’exporter ses travaux scientifiques à partir de HAL vers ORCID4. L’objectif est de renforcer la représentation de la recherche française au sein d’ORCID.

Chaque base de données (Scopus, Web of Sciences, HAL, etc.) délivre son propre identifiant pérenne, il est heureusement possible pour le chercheur de les lier facilement entre eux pour gagner du temps. L’import ou l’export des références issues d’ORCID évite ainsi les doubles saisies.


Pour en savoir plus :

  1. 2ème Plan National pour la Science Ouverte (2021-2024 []
  2. Open Access : 3246 dépôts supplémentaires en droit pour l’année 2020 ! []
  3. https://orcid-france.fr/les-ressources/tutoriel-creer-son-orcid/ []
  4. https://orcid-france.fr/les-ressources/tutoriel-creer-son-orcid/ []
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search