2e édition du prix Open Thèse : félicitations aux lauréats !

Depuis 2019, le prix Open Thèse vise à ancrer la pratique de dépôt en open access des thèses juridiques. Ce prix a également pour objet de valoriser la recherche juridique française. La cérémonie de clôture de la deuxième édition du prix s’est tenue le 23 juin 2021.

Cette année, le jury s’est agrandi et diversifié. Les candidats de la première édition devaient, pour participer, déposer leur thèse juridique dans une archive ouverte. Cette nouvelle édition a connu une évolution : les candidats s’engagent à maintenir l’accès libre à leur thèse, quel que soit le résultat et au-delà de la durée du prix.

Les lauréats sont :

Bravo à eux !

Cette année, 26 candidatures ont été reçues, 23 ont été jugées recevables. 3 candidats ont mis leur thèse en open access pour participer au prix. Les universités de Paris 1 et de Bordeaux sont les plus représentées dans l’origine des candidatures. La qualité des thèses a donné lieu à des échanges nourris au sein du jury lors de la délibération.

Lever les freins dans l’accès aux thèses

C’est un constat connu, l’accès aux thèses pourrait être plus fluide. Une part importante de ces travaux universitaires ne sont pas disponibles au format numérique.

C’est depuis l’arrêté du 25 mai 2016, article 24, que l’auteur doit fournir une version numérique. L’arrêté du 7 août 2006 lui laissait le choix du format. Rappelons que l’article 25 de l’arrêté du 25 mai 2016 dispose que : « Sauf si la thèse présente un caractère de confidentialité avéré, sa diffusion est assurée dans l’établissement de soutenance et au sein de l’ensemble de la communauté universitaire. La diffusion en ligne de la thèse au-delà de ce périmètre est subordonnée à l’autorisation de son auteur, sous réserve de l’absence de clause de confidentialité. »

En faisant un calcul à partir des données du site theses.fr, on constate que 35% des thèses juridiques soutenues en 2019 sont accessibles librement en ligne. Pour celles soutenues en 2020, on monte à 38%, les chiffres étant probablement encore à consolider.

Certaines thèses ne sont consultables que sous la forme d’une microfiche[1], mode d’accès peu optimal. D’autres ne sont pas éligibles au PEB (prêt entre bibliothèques), ce qui nécessite un déplacement du chercheur sur le site détenteur. Les délais du PEB sont plus ou moins longs. Le contexte de fermeture ou réduction des services des bibliothèques, lié au Covid, n’a pas facilité les choses.

En plus d’apporter de la visibilité à l’auteur, la mise en accès libre de la thèse met un terme à ces rigidités d’accès pour le bonheur du plus grand nombre. Le numérique offre tous les bienfaits de la granularité de la recherche plein texte. L’accès aux notes de bas de page, à la bibliographie, aux références de législation et de jurisprudence met à disposition de précieux rebonds.

Souhaitons que ce prix Open Thèse, qui constitue un tremplin pour les docteurs et vient renforcer la dynamique de la science ouverte dans le domaine juridique, s’inscrive dans la durée pour faire du libre accès aux thèses une évidence.

Lien vers la cérémonie de clôture : https://www.youtube.com/watch?v=LY-DV48HyGk


[1] « Signalement dans le Sudoc des microfiches de thèses produites par l’ANRT », sur PUNKTOKOMO [en ligne], publié le 2 décembre 2020, [consulté le 3 décembre 2020].

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search