Zotero : un outil (aussi) pour les chercheurs et professionnels du droit

Ouverte le 12 septembre 2020, la nouvelle version du site Legifrance a bouleversé les habitudes. Sa mise en ligne a ainsi privé temporairement les utilisateurs de la possibilité de capter ses données dans des logiciels bibliographiques tels que Zotero, provoquant protestations, voire pétition.

Mais que sont ces logiciels et quels services peuvent-ils rendre aux chercheurs et professionnels du droit ? Les logiciels de gestion bibliographique servent à se constituer une bibliothèque de références de documents de toutes natures, à stocker éventuellement les documents eux–mêmes, à les organiser et à les trier. Ils permettent ensuite d’éditer des appels de citation, des notes de bas de page ainsi que des bibliographies dans un logiciel de traitement de texte, selon le modèle bibliographique, et donc la présentation, qu’on aura choisi. De nombreux logiciels[1] existent sur le marché. Le documentaliste juridique Emmanuel Barthe, dans son billet de blog daté du 07 avril 2021[2], recommande pour le droit français EndNote (Clarivate Analytics), Mendeley (Elsevier) ou Zotero.

et sa communauté

Zotero a été développé par le Center for History and New Media de l’université George Mason (Fairfax, Virginie) et est actuellement géré par la Corporation for Digital Scholarship (Vienna, Virginie), qui propose des logiciels et services conçus par des historiens pour les chercheurs travaillant dans le domaine du patrimoine culturel. Mais Zotero, qui a la particularité d’être à la fois un logiciel libre et open source, s’appuie aujourd’hui sur une communauté d’utilisateurs très forte, largement diversifiée dans tous les champs de la connaissance, qui développe régulièrement de nouveaux plugin et styles CSL afin d’adapter l’outil à ses besoins.

Les chercheurs et professionnels du droit ont eux aussi pris leur place au sein de la communauté des utilisateurs de Zotero. Ce logiciel permet en effet de stocker les références et les fichiers de tout type de document, dont les documents spécifiques du domaine juridique : législation, jurisprudence , audiences formelles, rapports de réunions d’un corps législatif, projets et propositions de loi ou brevets.

Exemples de types de documents dans Zotero

Connectivité : où en sont les éditeurs ?

Les références qui décrivent ces documents peuvent être rédigées entièrement par l’utilisateur dans sa bibliothèque Zotero, mais elles peuvent aussi être captées en un clic grâce à un plugin, le  « connecteur » installé dans le navigateur (Firefox, Safari, Chrome, Edge). Encore faut-il que le site source en propose la connectivité. Les sources bibliographiques librement accessibles sont souvent compatibles avec Zotero (catalogues de bibliothèques tels que celui de la bibliothèque Cujas, Sudoc, BnF… réservoirs de l’Open Access tels que HAL, OpenEdition… moteurs de recherche académiques tels que Base, Isidore…, sites officiels tels que Legifrance, Eur-lex…) même si des progrès restent à faire. Il en est tout autrement des bases de données juridiques accessibles sur abonnement. Si certaines bases de données étrangères (HeinOnline, Springer Law and criminology…) proposent cette connectivité, la plupart et en particulier les bases d’éditeurs français, ne le font pas. Doctrinal plus, qui indexe de nombreuses revues francophones, fait figure d’exception en proposant une bonne connectivité Zotero, permettant ainsi de capter les métadonnées de bien des articles présents dans les bases françaises non compatibles, ainsi que celles d’articles publiés uniquement sous forme papier.

Citer ses sources : entre harmonisation et adaptation

Une fois sa bibliothèque Zotero constituée, l’utilisateur peut, en quelques clics, générer appels de citation et bibliographies. Mais il doit au préalable choisir le modèle de citation qui lui convient le mieux. Zotero participe au projet de référentiel participatif Citation style language (CSL), ce qui lui permet de proposer une base de donnée de plus de 10000 styles CSL en accès libre dont certains créés spécifiquement pour le droit par des éditeurs, des revues, des universités ou des particuliers en fonction de leurs besoins spécifiques.

Zotero style repository
Logo ISO

En effet la norme ISO-690:2010 ne donne que des principes directeurs pour rédiger ses citations et bibliographies : il existe donc de très nombreuses manières de citer ses sources. On trouvera cependant dans le répertoire de Zotero des styles fondés sur cette norme, comme ISO-690 (note, no abstract, Français) ou ISO-690 (author-date, no abstract, Français) qui peuvent, moyennant certaines adaptations, être utilisés dans le domaine juridique.

Logo Ref-Lex

Des efforts pour harmoniser les citations juridiques existent cependant depuis longtemps. Ainsi Les éditeurs juridiques américains disposent depuis 1926 d’un outil d’harmonisation de leurs citations, le « Bluebook » sur lequel sont fondés plusieurs styles proposés dans le répertoire de Zotero. Les membres du groupe droit du Syndicat national de l’Edition (SNE) français s’en sont inspirés afin de créer le « Guide de citation des références juridiques » et le site qui l’abrite, Ref-Lex, en 2016. Alphonse Bernard, alors doctorant en droit de l’université de Poitiers, a ainsi pu créer en 2018 un style Zotero fondé en grande partie sur ce guide de citation.

Si l’on peut espérer que le guide Ref-Lex finira par harmoniser les pratiques, force est de constater la diversité des modèles qui prévaut encore en France dans le monde du droit[3]. Ainsi trouvera-t-on par exemple dans le répertoire des styles de Zotero celui développé par la « Sorbonne Student Law Review – Revue Juridique des étudiants de la Sorbonne ». Remarquable dans sa démarche[4], l’Urfist de Bordeaux a pour sa part achevé en 2019 la création d’un style CSL adapté à Zotero sur la base d’un guide de citation[5] co-construit avec l’Ecole doctorale de droit de l’Université de Bordeaux.

Logiciel libre et open source, par nature décloisonnant, Zotero permet ainsi à une communauté scientifique telle que celle des spécialistes du droit, de contribuer au développement des outils de récension et de citation dont elle a besoin. Le terme Zotero vient d’ailleurs d’un verbe albanais (zotëroj)[6] désignant le fait d’acquérir des compétences en s’entrainant. De leur côté les éditeurs juridiques français ont initié une démarche vertueuse d’harmonisation de leurs pratiques de citation qui, on l’espère, portera ses fruits et pourra inciter les utilisateurs de Zotero à se fonder sur le modèle qu’ils proposent. On ne peut que souhaiter que les éditeurs français favorisent cette démarche en proposant, enfin, une connectivité de qualité avec le logiciel Zotero.


[1] « Comparison of reference management software », Wikipedia, 2021, [consulté le 12 avril 2021]. https://en.wikipedia.org/wiki/Comparison_of_reference_management_software

[2] BARTHE Emmanuel, « Zotero, Endnote, Mendeley : les logiciels de gestion de références bibliographiques recommandés pour les sciences juridiques », sur Précisément.org : un blog pour l’information juridique [en ligne], publié le 7 avril 2021, [consulté le 12 avril 2021]. https://www.precisement.org/blog/Les-logiciels-de-gestion-de-references-bibliographiques-recommandes-pour-les.html

[3] LÉRIGNIER Rémy, « Thèses et mémoires : les rédiger et les mettre en page. Des outils et des guides », sur Https://bv.univ-poitiers.fr/ [en ligne], [consulté le 13 avril 2021]. https://bv.univ-poitiers.fr/access/content/user/rlerigni/rediger_these_memoire_rapport_conseils.html

[4] FLAMERIE DE LACHAPELLE Frédérique, « Créer un style pour Zotero correspondant à une norme bibliographique juridique », sur UrfistInfo [en ligne], [consulté le 13 avril 2021]. https://urfistinfo.hypotheses.org/3305

[5] GRAVIER Pierre, BEYNEY Geoffrey, BODIN Marc et al., Citer des références bibliographiques juridiques, 2e édition [en ligne], Urfist de Bordeaux, 2019, [consulté le 13 avril 2021]. https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-02151987

[6] DINGEMANSE Mark, « The etymology of Zotero », sur The Ideophone [en ligne], publié le 25 janvier 2008, [consulté le 14 avril 2021]. http://ideophone.org/zotero-etymology/

Open Access : 3246 dépôts supplémentaires en droit pour l’année 2020 !

Toutes disciplines confondues, le baromètre de la Science ouverte nous a révélé que 56% des publications françaises de 2019 mesurées en 2020 sont en accès ouvert. Malgré les disparités disciplinaires, la progression est générale.[1]

Les statistiques de l’archive ouverte HAL SHS nous apprennent que le droit est classé en belle position s’agissant des dépôts en SHS pour l’année 2020. En effet, les sciences juridiques se situent à la 4eme  place avec 3246 dépôts. Afin de rendre le droit et sa compréhension toujours plus accessibles, souhaitons un cru encore meilleur pour l’année 2021.

L’« archive ouverte en sciences juridiques » proposée par Eliane Daphy permet de se faire une idée des documents du domaine présents dans HAL.

Les fiches du Jurisguide « Où trouver de la doctrine en libre accès ? », Science ouverte et droit, ainsi que le thread Twitter, ci-dessous, du fonds de dotation Open Law, qui porte le prix Open thèse, témoignent de l’ampleur que prend progressivement l’Open Access de la doctrine juridique.

[1] « Baromètre français de la Science Ouverte 2020 », sur Ministère de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation [en ligne], [consulté le 28 janvier 2021]. //www.enseignementsup-recherche.gouv.fr/cid156502/barometre-francais-de-la-science-ouverte-2020.html