Une thèse en Open Access au sujet de la transformation numérique du monde du droit

Jean Fourastié, dans son célèbre ouvrage : « Les trente glorieuses »[1], montre comment la société française s’est « tertiarisée » au cours de la deuxième moitié du XXe siècle. Des gains de productivité élevés dans le secteur primaire, l’agriculture, et dans le secteur secondaire, l’industrie, y ont contribué. L’analyste des transformations induites par la croissance française de la période 1945-1975, prend l’exemple du coiffeur pour expliquer la difficulté à générer des gains de productivité plus élevés dans le domaine des services, expliquant la hausse inévitable du poids relatif du secteur.

Les NTIC (nouvelles technologies de l’information et de la communication), la révolution numérique, l’intelligence artificielle, les algorithmes, le Machine learning, l’ouverture et la réutilisation des données, l’apparition de données massives, laissent penser que le secteur tertiaire est à l’aube d’une transformation profonde.

Depuis les années 1980, le numérique est entré dans ce domaine régalien qu’est le droit. Le XXIe siècle voit fleurir des Legaltechs, définies par le rapport Cadiet comme des : « Entreprises exploitant les technologies de l’information dans le domaine du droit afin de proposer des services juridiques innovants. »[2]

Les Start ups de la Legaltech proposent des services B to B (Business to Business) et B to C (Business to Client) aux professionnels du droit et aux justiciables.

Ce jeune écosystème interroge : Quelle soutenabilité du modèle économique des nouveaux acteurs ? Comment déceler le discours marketing de l’innovation ? Services low cost ou véritable démocratisation des services juridiques sans perte de qualité pour le justiciable ? Quelles relations entre les Legaltechs et les acteurs historiques : complémentarité, opposition ou substitution ? Peut-on sortir de l’effet boîte noire des algorithmes ? Est-ce l’avènement d’une justice robotisée ? Quid de la protection des données personnelles ? Le possible est-il toujours souhaitable ?

La thèse de Bertrand Cassar : « La transformation numérique du monde du droit », accessible en Open Access[3], propose un état de l’art de cette évolution numérique du monde du droit, qui suscite espoir économique, inquiétude des acteurs historiques et fascination médiatique. L’auteur distingue 6 catégories pour définir les activités du monde du droit : « l’élaboration, la diffusion, l’application, l’exercice, l’exécution et l’enseignement.[4] », à chacune de ces catégories étant rattachées des professions. Selon lui, cette transformation numérique du droit aurait trois caractéristiques : l’automatisation, la dématérialisation et l’interopérabilité.[5] La thèse est ponctuée par une liste de 12 recommandations afin « de renforcer et consolider la transformation numérique du monde du droit »[6].


Détail intéressant, on notera la présence d’identifiants ELI (European Legislation Identifier) et ECLI (European Case Law Identifier) dans les références bibliographiques de législation et de jurisprudence : une bonne pratique pour faciliter l’accessibilité et la recherche de sources juridiques officielles en Europe[7]. Soulignons aussi la présence du NOR (système normalisé de numérotation) pour la législation française et du DOI (Digital Object identifier) pour les articles qui en possèdent.


[1] FOURASTIÉ Jean et COHEN Daniel Préfacier, Les Trente Glorieuses: ou La révolution invisible de 1946 à 1975, Paris, France, Pluriel, 2011, 288 p.

[2] CADIET Loic, « Remise du rapport sur “l’open data” des décisions de Justice », sur Justice.gouv.fr [en ligne], [consulté le 8 février 2021]. http://www.justice.gouv.fr/publications-10047/rapports-thematiques-10049/remise-du-rapport-sur-lopen-data-des-decisions-de-justice-31165.html

[3] CASSAR Bertrand, La transformation numérique du monde du droit [en ligne], Theses, Université de Strasbourg, 2020, [consulté le 8 février 2021]. https://tel.archives-ouvertes.fr/tel-03121576

[4] Ibid. p. 447.

[5] « La transformation numérique du monde du droit – IP/IT et Communication | Dalloz Actualité », [consulté le 8 février 2021]. https://www.dalloz-actualite.fr/node/transformation-numerique-du-monde-du-droit#.YCDyQnnjJQE

[6] Ibid.

[7] « Identifiant européen de la jurisprudence », Wikipédia, 2020, [consulté le 8 février 2021]. https://fr.wikipedia.org/w/index.php?title=Identifiant_europ%C3%A9en_de_la_jurisprudence&oldid=173487202