Développer sa visibilité sur le web : des identifiants pour les chercheurs en droit

« On le sait, le fameux « Publish or perish » est progressivement complété d’un « Be visible or vanish ». Il ne suffit plus de publier, même abondamment ; il faut également rendre ses travaux visibles, et, mieux encore, accessibles. »1. Confronté à cette double injonction et de plus en plus fortement incité par les politiques publiques et institutionnelles à ouvrir ses données, méthodes et résultats de ses travaux, le chercheur doit désormais gérer son identité numérique. Les identifiants de chercheur sont sans doute les plus méconnus parmi les outils à sa disposition (réseaux sociaux, plateformes de dépôt, CV en ligne…) pour gérer sa présence en ligne. Ils permettent pourtant de rendre plus fiables les informations concernant ses activités de recherche et, mis en relation les uns avec les autres, de développer sa visibilité… et le nombre de ses citations !

Un identifiant est une chaîne de caractères alphanumériques associée de manière univoque et pérenne à un objet, réel ou conceptuel, au sein d’un ensemble. Nous sommes habitués à utiliser des ISBN (International Standard Book Number), des ISSN (International Standard Serial Number) ou des NOR pour identifier de manière certaine les livres, les publications périodiques ou les textes officiels français. Le web a vu l’émergence de nombre de ces identifiants pérennes (Persistent identifiers-PID-) qui permettent non seulement d’identifier sans ambigüité et de manière permanente un objet, mais également, associé à un protocole d’échange de données, d’accéder à une page qui concerne celui-ci.

Le monde de la recherche comme le monde juridique comprennent nombre de ces PID qui identifient des objets documentaires (livres, publications périodiques, articles, jeux de données…), juridiques (normes, jurisprudences…), des concepts, des projets de recherche, des structures de recherche, des personnes. Un chercheur en droit peut ainsi être identifié par un Viaf, un Isni, un FrBnf, un IdRef, un IdHal, un Univ-droit, un Orcid id, un ResearcherID, AuthorID ou autre Wikidata…

Quand les professionnels de l’information créent des identifiants normalisés pour les chercheurs

Certaines institutions attribuent systématiquement des identifiants aux auteurs. C’est le cas des bibliothèques nationales, qui gèrent des fichiers de personnes à des fins d’attribution fiable de leurs publications. C’est ainsi que Pierre Brunet, professeur de droit de l’université Paris 1 Panthéon Sorbonne est titulaire d’une notice d’autorité dans le catalogue général de la Bibliothèque nationale de France, qui lui permet d’être différencié parmi 27 homonymes et de se voir attribué avec certitude ses publications. Cette notice porte un PID (ark:/12148/cb146303575) inclus dans son URL. Elle permet d’accéder aux notices bibliographiques décrivant les 7 livres de monsieur Brunet conservés par l’établissement. Notons dans cette notice la présence d’un autre identifiant pérenne : l’ISNI.

L’International Standard Name Identifier (ISNI) et un identifiant international standardisé appliqué aux personnes produisant des contenus intellectuels ou artistiques. Il sert à lier entre elles différentes sources de données afin d’attribuer de façon certaine des productions à leur auteur. La notice de Pierre Brunet, qui porte le PID 0000 0000 3475 9470, est ainsi liée à plusieurs réservoirs de données (Wikipedia, Wikidata, VIAF, SUDOC, BNF…) via leurs identifiants respectifs. Parmi ceux-ci, l’identifiant VIAF.

Le Virtual International Authority File (VIAF) est un fichier mondial des notices d’autorités produites par une cinquantaine de bibliothèques nationales ou de recherche. Il agrège leurs données, créant par là des réseaux de liens qui en font un élément important du web de données pour les auteurs. Pierre Brunet s’y voit attribuer une notice et un identifiant (7642838) agrégeant et mettant en relation des données issues de 10 sources. VIAF regroupe ainsi dans sa notice de nombreuses informations telles que plus de 50 notices de documents dont il est auteur ou contributeur, mais aussi des informations sur ses co-auteurs, éditeurs, etc. Parmi les sources qui contribuent à ces données, se trouve le Sudoc (le catalogue collectif de l’enseignement supérieur français), via l’identifiant IdRef.

L’agence bibliographique de l’enseignement supérieur (Abes) utilise un référentiel d’autorité, IdRef, pour alimenter ses bases (Sudoc, Theses.fr…). Ce référentiel contient des notices de personnes, comprenant un identifiant. Pierre Brunet y fait donc l’objet d’une notice auteur sous l’identifiant 075889870. Celle-ci agrège et donne accès à un impressionnant corpus de données, dont plus de 180 références (livres, articles, thèses…) issues de 8 sources différentes (Sudoc, BnF, Thèses.fr, HAL, Persée, SciencesPlus -Cairn-…). Un tel regroupement d’informations a été rendu possible par les liens créés vers cinq autres identifiants (Viaf, BnF, Isni, IdHAL, Univ-Droit) : IdRef joue un rôle de pivot entre différentes sources et a une importance croissante dans le monde de la recherche en France.

Les PID permettent ainsi de tisser des liens entre sources et de regrouper d’importantes sommes d’informations autour du chercheur concerné. La plupart des identifiants sont attribués par des institutions appartenant au monde des bibliothèques, parfois des éditeurs de bases de données (Web of science, Scopus…). Les chercheurs ont cependant leur rôle à jouer en se créant eux même des identifiants et en les liant à d’autres identifiants, accroissant d’autant leur visibilité. On voit dans cet exemple que Pierre Brunet possède également un IdHAL.

Quand les chercheurs se créent eux-mêmes des identifiants

L’archive ouverte HAL (Hyper Article en Ligne) est une plateforme nationale d’auto-archivage dans laquelle les chercheurs signalent ou déposent leur production (articles, thèses, livres, interventions…). Ils peuvent s’ils le souhaitent y créer un identifiant IdHAL afin de regrouper leur production sous leur identité, de manière fiable. Olivier Leclerc, directeur de recherche au CNRS, s’y est créé un IdHAL (olivier-leclerc) qui lui permet d’identifier et de regrouper ses documents versés dans HAL. La création d’un IdHAL lui donne la possibilité d’ouvrir un CV en ligne et d’y signaler 117 documents. Sa notice d’auteur et son CV sont reliés à trois autres identifiants : IdRef, VIAF, ORCID id, permettant ainsi d’exporter les données HAL vers d’autres ressources.

Orcid (Open Researcher and Contributor ID) est un organisme international à but non lucratif qui propose aux chercheurs de se créer gratuitement un identifiant. Il offre la possibilité de disposer d’un outil reconnu à l’échelle internationale et recommandé par de nombreuses institutions du monde de la recherche. Devant leur multiplication, Orcid joue le rôle de pivot entre les différents identifiants de chercheurs qu’il permet de relier (idHAL, idRef, Viaf, Isni, etc.). Olivier Leclerc s’est créé un identifiant Orcid et a exporté ses données HAL vers son compte Orcid, augmentant ainsi sa visibilité au niveau international.

Des identifiants pour quoi faire ?

Les identifiants de chercheurs, en particulier IdHAL et Orcid id, sont des outils qui ont l’intérêt de favoriser la science ouverte, car ils permettent une meilleure circulation et réutilisation des données. Ils sont préconisés pour rendre les métadonnées et les données faciles à trouver, conformément aux principes FAIR (Findable, Accessible, Interoperable, Reusable) de la science ouverte2.

Ils simplifient la vie du chercheur en permettant une attribution fiable de ses productions malgré d’éventuels changements de noms ou d’affiliation. Ils évitent les erreurs liées à l’existence d’homonymes. En lui permettant de centraliser et regrouper ses données par leur interconnexion, ils réduisent sa charge administrative, en particulier lors des démarches liées à l’évaluation. Ils facilitent la soumission d’articles dans certaines revues, ou la candidature aux appels à projets de recherche (l’ANR, le Conseil européen de la recherche réclament ainsi un Orcid id).

Ils augmentent la visibilité académique en permettant de donner accès à une liste centralisée de ses productions propre à mettre en valeur l’ensemble de l’activité du chercheur, en particulier grâce à Id-Ref et à Orcid, qui jouent alors un rôle pivot. Disséminés dans les CV, pages web, réseaux sociaux utilisés par le chercheur, ils redirigent le lecteur vers la liste complète de ses productions et éventuellement vers le texte des documents.

Cet écosystème est utilisé par Olivier Leclerc pour nourrir sa page institutionnelle sur le site du Centre de Théorie et Analyse du Droit (CTAD – CNRS-). L’onglet Publications renvoie le lecteur vers son CV HAL, où sont répertoriées ses productions. Celle-ci comporte par ailleurs, grâce aux PID, des liens vers ses notices IdRef, Theses.fr et ScanR.

Olivier Leclerc dispose en effet également d’une page personnelle sur le site du moteur de la recherche et de l’innovation ScanR regroupant, grâce à son IdRef, son Orcid id et son IdHAL de très riches informations sur son activité de chercheur issues de nombreuses ressources.

IdRef et IdHAL permettent enfin à Olivier Leclerc de nourrir sa page personnelle dans l’annuaire du Portail universitaire du droit en regroupant ses actualités, ses publications et ses communications en un même endroit.

Les chercheurs en sciences humaines et sociales disposent ainsi, parfois sans le savoir, d’identifiants qui leur ont été attribués par des professionnels de l’information. Peu font encore la démarche volontaire de s’en créer dans HAL et Orcid et de les lier entre eux. Les identifiants de chercheurs sont pourtant un outil qu’ils peuvent mobiliser facilement à l’instar des pages institutionnelles, CV, réseaux sociaux qu’ils utilisent déjà pour accroitre leur visibilité.

Pour en savoir plus :

« Des identifiants ouverts pour la science ouverte : synthèse », Ouvrir la science !, 2019, https://www.ouvrirlascience.fr/des-identifiants-ouverts-pour-la-science-ouverte-synthese/ [consulté le 12/05/2022]

« Pourquoi les chercheurs en droit devraient se doter d’un identifiant ORCID », JurIST : Carnet de la bibliothèque Cujas à destination des chercheurs en sciences juridiques, 14/10/2021, https://cujas.hypotheses.org/446 [consulté le 12/05/2022]

Les Urfist https://sygefor.reseau-urfist.fr/#/ organisent régulièrement des formations autour des questions d’identité numérique du chercheur et plus particulièrement autour des identifiants.

  1. A. Bouchard, https://urfistinfo.hypotheses.org/3219 []
  2. Politique des données, des algorithmes et des codes sources. Feuille de route 2021-2024. 36 p. https://www.enseignementsup-recherche.gouv.fr/sites/default/files/2021-09/la-feuille-de-route-2021-2024-du-mesri-relative-la-politique-des-donnees-des-algorithmes-et-des-codes-sources-12965.pdf []

OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
cecilebolard (20 mai 2022). Développer sa visibilité sur le web : des identifiants pour les chercheurs en droit. JurIST. Consulté le 24 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/nf8l


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search