Des facultés sur le front du droit : de l’exposition virtuelle au projet collaboratif

Des facultés sur le front du droit. Exposition virtuelle et projet collaboratif

“Une recherche en train de se faire”

Le 11 novembre 2021, l’exposition  virtuelle Des facultés sur le front du droit : les facultés de droit dans la Grande Guerre s’est enrichie de la contribution de la faculté de droit de Lille : une occasion de revenir sur ce projet collaboratif démarré en 2018 avec l’interview d’Alexandra Gottely, conservateur à la BIU Cujas et co-commissaire de cette exposition.

Comment ce projet est-il né ?

Florent Garnier, enseignant en histoire du droit à l’université de Toulouse m’a contactée après avoir consulté l’exposition virtuelle Paul Viollet. Cette dernière, mise en ligne en 2015, avait été conçue pour mettre en lumière la figure de Paul Viollet, en partenariat avec l’école de droit de Sciences Po et avec l’École des Chartes. Elle proposait un nouveau modèle d’exposition virtuelle combinant textes scientifiques et galeries d’archives et d’images.

Déjà engagé dans la réalisation à Toulouse de plusieurs manifestations programmées à l’occasion du centenaire de la Grande Guerre, dont un séminaire, Florent Garnier souhaitait s’inspirer de ce modèle pour élaborer une exposition sur la faculté de droit de Toulouse durant la Première Guerre mondiale.

Ce souhait a rencontré au même moment un projet d’article développé entre Anne-Sophie Chambost (SciencePo Lyon-CERCRID) et moi-même portant sur la faculté de droit de Paris et sa bibliothèque pendant la Grande Guerre. C’est de cette convergence de thème qu’est née l’exposition virtuelle Des facultés sur le front du droit, adressant initialement les situations des facultés de droit de Paris et de Toulouse. L’obtention du label de la Mission centenaire 14-18 est venu couronner ce partenariat.

Quelle est son ambition ?

Son ambition est d’offrir une vulgarisation haut-de-gamme sur le sujet traité à travers des textes scientifiques et une iconographie variée. De plus, sa bibliographie continuellement enrichie par les nouvelles contributions en fait l’outil d’une recherche en devenir.

Il s’agit de dresser un panorama des questions qui se posent aux institutions et aux hommes en temps de guerre. À travers l’histoire des enseignants et des étudiants en droit, elle donne à étudier les effets de la Grande Guerre sur les activités et la production de ces protagonistes, et met en lumière les impacts sur les hommes : Qui part ? Qui reste ? Qui sont les étudiants et enseignants français ou étrangers, prisonniers… ?

L’exposition interroge également la notion de guerre du droit. Comment est-elle endossée ou non par les enseignants et par les étudiants ? Quel est son impact sur les publications, les thèses, la doctrine, l’enseignement de l’époque ? Ce sont une partie des questions auxquelles l’exposition tente de répondre.

Une des sections de l’exposition virtuelle se concentre ainsi sur la Guerre des juristes, avec par exemple un éclairage sur les doyens des facultés et leurs actions durant cette période. Une autre, Guerre et paix, retrace les étapes de la fin de la guerre, avec les thèmes du travail de mémoire et de la reconstruction. Elle met en lumière les implications à différents niveaux de juristes dans la rédaction des traités de Versailles, et dans la création de la Société des Nations (SDN).

Mais plus fondamentalement, l’ambition initiale était bien de dresser un panorama le plus complet possible des facultés de droit pendant la Grande Guerre. C’est pourquoi, dès l’origine, un appel collaboratif est présent sur le site pour inviter les facultés de droit intéressées à contribuer à l’enrichissement de l’exposition à travers de nouveaux partenariats.

Déjà, les cinq facultés étudiées dans l’exposition, par la réunion de leurs situations, singulières et communes, et par la mise en lumière de la manière dont chacune de ces situations ont été vécues, dessinent un paysage révélateur de la spécificité de ce moment.

Pourquoi avoir choisi la forme d’une exposition virtuelle ?

Dans cette exposition, nous souhaitions que le visiteur puisse retrouver l’expérience physique d’une exposition avec un panneau introductif suivi de salles d’exposition plus ou moins thématiques, où textes et images se répondent.

Mais le modèle de l’exposition virtuelle permet aux visiteurs de choisir comment ils vont parcourir le site et offre donc plusieurs approches complémentaires sur le sujet proposé, soit via des articles de fond, soit via des galeries de documents d’archives et iconographiques. Ainsi, la dématérialisation permet de présenter aux visiteurs un contenu plus varié et plus conséquent.

De plus, ce format offre un modèle alternatif de diffusion de la recherche en reliant les chercheurs qui y contribuent et les internautes qui visitent l’exposition. En effet, les chercheurs y trouvent une nouvelle plateforme de diffusion de leur travail, en proposant des articles rigoureux qu’ils rendent disponibles à un public varié et non expert. L’exposition virtuelle se dessine alors en lieu d’étape du développement de recherches en cours, devenant ainsi un outil-ressource pour d’autres études.

Quels sont les participants actuels à ce projet ? Quel(s) autre(s) partenariat(s) envisagez-vous dans le futur ?

Cette réalisation réunit actuellement les partenaires historiques du projet : le CTHDIP (Centre Toulousain d’Histoire du Droit et des Idées Politiques, Toulouse 1 Capitole), le CERCRID (Centre de recherche critique sur le droit, Saint-Etienne – Lyon), et la bibliothèque Cujas. Dans le cadre de CollEx 2020, de nouvelles collaborations ont vu le jour : la bibliothèque interuniversitaire de Lille et l’Université libre de Bruxelles qui coordonne la participation de l’université de Liège, l’université de Gand et l’université catholique de Louvain. D’autres collaborations à venir avec des facultés de droit françaises et européennes sont souhaitées. C’est à cette fin que la traduction de l’exposition en anglais et en allemand est prévue pour 2022, afin de permettre l’inclusion de contributeurs des facultés de droit de l’ensemble de la zone géographique concernée.

Comment le travail entre les participants à ce projet se répartit-il ?

Le développement de l’exposition est réparti entre chercheurs et personnels de l’information scientifique et technique (IST).

Les articles de fond sont proposés par les chercheurs des facultés de droit des institutions partenaires, puis les relectures, corrections et validation des textes sont faites par les trois co-commissaires de l’exposition.

Les aspects techniques sont gérés par la bibliothèque Cujas : intégration des textes et des images, installation et maintenance du logiciel (WordPress), hébergement du site, recherche et mise en forme de l’iconographie…  En fonction du nombre de contributions, il faut entre six et neuf mois pour intégrer un nouveau partenariat (rédaction des articles, relecture et validation, corrections ortho-typographiques, recherche iconographique, mise en page et mise en ligne).

Auriez-vous des conseils à donner aux personnes souhaitant se lancer dans le même type de projet ?

Le préalable nécessaire est un vrai partenariat entre chercheurs et personnels de l’information scientifique et technique (IST).

Concernant les aspects techniques, des compétences en interne sont souhaitables pour une plus grande autonomie dans la conduite du projet. Dans le développement de l’exposition virtuelle Des facultés sur le front du droit, la maitrise des ressources informatiques a permis par exemple d’ajouter au cours du projet un sommaire pour les galeries. Le choix d’un logiciel libre (WordPress), au-delà de l’aspect financier, s’inscrit dans cette volonté de gestion indépendante du support de l’exposition.

Il est également important d’avoir un interlocuteur dans la bibliothèque partenaire et de ne pas s’adresser uniquement à des chercheurs, notamment pour ce qui concerne la recherche des ressources iconographiques. En effet, si les chercheurs respectent sans problème les règles éditoriales de l’exposition virtuelle (nombre de caractères maximal, absence de notes de bas de page…), il leur est souvent plus difficile de formuler des suggestions pour alimenter les galeries de l’exposition. La recherche iconographique, les légendes et l’attribution des droits incombent alors le plus souvent au personnel bibliothécaire du partenariat.

Enfin, se pose la question de la pérennité de ce type de projet. La rédaction de procédures est une première étape afin d’assurer sa continuité et d’en permettre la transmission.

Ce projet va-t-il avoir une suite ? Quelle forme serait alors envisagée ?

Le projet se poursuit par la formation de nouveaux partenariats avec des facultés de droit et des bibliothèques souhaitant participer au développement d’une recherche commune sur cette thématique. C’est dans ce cadre que la contribution de la faculté de droit et de la bibliothèque universitaire de Lille est mise en ligne le 11 novembre 2021.

La suite de ce projet dépend évidemment de l’arrivée de nouveaux partenaires français et européens, dont les apports permettent d’avoir une vision de plus en plus complète et variée. Ainsi, dans le cadre de CollEx (2020-2022), le site sera traduit en anglais et en allemand, et les contributions de facultés belges viendront enrichir l’exposition.

L’exposition s’enrichit également d’une carte permettant de lier les articles à des villes et à des pays. Cette nouvelle fonctionnalité permet par exemple de lier à Toulouse et aux États-Unis les articles concernant les étudiants soldats américains accueillis à la fin de la guerre à la faculté de droit de Toulouse.

Quels enseignements tirez-vous de cette expérience ? Qu’apporte ce projet aux professionnels des bibliothèques et aux chercheurs ?

C’est une belle expérience et une vraie collaboration entre chercheurs et bibliothécaires. Ce type de projet offre l’occasion de mettre en relation bibliothécaires et chercheurs des différentes institutions partenaires, autant au niveau local que national.

De plus, les enseignants-chercheurs peuvent expérimenter un nouvel outil de diffusion et de support de la recherche, en tant que lieu de mise en commun des savoirs et tremplin pour de futures réflexions. Ce peut être un mode de diffusion pour une recherche en train de se faire.

De manière plus globale, les contributeurs apprécient d’une part l’opportunité de se replonger dans l’histoire de leurs institutions et de mieux s’approprier leur passé, et d’autre part, d’un point de vue technique, de s’approprier des nouveaux outils et savoirs.

Enfin, cet outil permet d’atteindre un public plus large, en faisant découvrir le monde des facultés de droit pendant la première guerre mondiale, au-delà de la communauté scientifique. Il donne ainsi à repenser les modes de transmission de la connaissance, et la manière de partager l’espace que celle-ci représente.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.